Compteur de visites

068147
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine passée
Ce mois
Mois passé
Total
58
40
198
24602
956
1563
68147

Votre IP: 34.204.169.76
2019-08-22 17:54

Egyptologie

L'Egypte ou le Mystère de l'initiation

… Le but de l'Initiation est d'abord d'éveiller la conscience du disciple à l'existence du monde supérieur, ensuite de travailler à faire de son corps une demeure pour la Divinité. Et c'est cela que nous faisons justement à l'Ecole Divine: nous éveillons notre conscience au monde divin et nous construisons notre temple avec les matériaux les plus purs pour attirer le Saint-Esprit afin qu'il fasse en nous sa demeure. Ce temple, c'est le corps de la gloire, dont je vous ai parlé en vous expliquant comment attirer les particules célestes qui doivent contribuer à son édification...

Omraam Mikael Aivanohv


Pour aborder notre propos sur l'egyptologie, nous vous invitons à lire 4 conferences du Maitre Omraam Mikael Aivanohv.
Première conference.
L'Initiation n'est rien d'autre qu'un élargissement de la conscience.
Cet élargissement a évidemment des degrés, et le dernier degré est celui où le disciple arrive à se fondre dans l'Âme universelle, à vibrer à l'unisson avec elle, c'est-à-dire à se plonger dans cette région de l'harmonie absolue qui est celle de la musique des sphères.
Voilà l'Initiation suprême. Bien sûr, il est très difficile d'arriver jusque-là, mais entre la conscience ordinaire et ce degré sublime,
il existe de nombreux degrés intermédiaires, et notre tâche pendant notre vie sur la terre, c'est de franchir le plus grand nombre de ces degrés,
de rendre notre conscience si claire, si limpide, que progressivement tout l'univers puisse venir s'y refléter.
Tant que l'homme se meut seulement dans un petit cercle - lui-même et ses propres affaires - il s'exclut de l'Initiation.
Il est évidemment possible de donner différentes définitions de l'Initiation:
certains vous diront que c'est le développement de certains chakras, l'obtention de certains pouvoirs;
c'est toujours vrai, mais tous seront d'accord avec cette définition fondamentale: l'élargissement de la conscience,
parce que ce terme embrasse tous les autres phénomènes. Quand le disciple commence à projeter de la lumière sur tous les mouvements mécaniques, instinctifs, automatiques en lui-même,
et surtout lorsqu'il prend conscience de ce qui lui vient dès régions célestes:
les courants, les messages, les présences, les existences, c'est alors qu'il se développe pleinement.
Sinon, il reste semblable à un insecte. Les insectes, comme tous les animaux d'ailleurs, ne sont pas conscients, ils agissent par instinct, sans savoir pourquoi, poussés par l'âme du groupe.
C'est seulement à partir de l'homme qu'enfin la conscience individuelle prend pied dans l'échelle des êtres.
Chez les animaux et les plantes la conscience est en dehors des individus, c'èst une âme collective qui les dirige, qui leur indique à quelle période pousser, fleurir, procréer.
Et comme l'homme a gardé en lui un grand nombre de tendances héritées du règne animal, beaucoup de choses en lui se passent exactement comme chez les animaux, instinctivement, inconsciemment:
des impulsions, des appétits... C'est pourquoi le travail du disciple va toujours dans le sens d'une plus grande conscience et d'une plus grande maîtrise.
Autant il réussit à devenir conscient de nombreux phénomènes qui se produisent en lui et en dehors de lui, autant il arrive à y mettre de l'ordre,
à les harmoniser, les ajuster ou même les provoquer à volonté, autant il devient un Initié.
Voilà, n'oubliez jamais cela. Donc, maintenant, ceux d'entre vous qui ont envie de retourner vers la vie instinctive, passionnelle, parce qu'ils en ont assez de faire des efforts, doivent savoir qu'ils régresseront.
Je ne nie pas qu'il soit plus agréable de donner libre cours à vos penchants.
Plus de contraintes, plus de règles à observer, plus d'instructeurs à respecter, quelle joie, quel bonheur!
Malheureusement la vie se complique ensuite de plus en plus: tout ce qui en vous était en train de s'édifier, de s'éclairer, de prendre une forme harmonieuse commence à se tordre et à s'assombrir.
Et plus tard, quand sous une forme ou sous une autre vous voulez reprendre le chemin de l'ascension, c'est à ce moment-là que vous souffrez parce que vous n'arrivez plus à vous élever:
trop de lourdeurs se sont accumulées et vous rencontrez toutes sortes de difficultés.
C'est donc plus tard que les souffrances arrivent. Tant qu'on se laisse glisser sur la pente, avec quel plaisir on descend!
C'est une joie: comme les enfants qui jouent avec une luge.
Oui, mais après, quand il faut remonter la pente, quelles difficultés! Vous direz que je répète éternellement les mêmes choses. Eh oui, parce que vous ne les avez pas comprises.
Si vous les aviez comprises, il ne serait pas nécessaire de les répéter.
Mais le monde invisible qui est au-dessus de moi, qui me dirige, me pousse à reprendre certains sujets; ce n'est pas moi qui décide ce dont je dois vous parler,
c'est lui qui voit que vous n'avez pas bien compris certaines questions ou que vous n'avez pas su utiliser certaines méthodes, et il insiste à travers moi.
La preuve d'ailleurs que les répétitions sont nécessaires, c'est que parfois certains frères et soeurs viennent me dire:
« Ô Maître, c'est aujourd'hui pour la première fois que j'ai compris cette conférence.
Elle a déjà été donnée quatre ou cinq fois, mais c'est aujourd'hui pour la première fois qu'on la comprend!
Moi, je suis dans les mains du monde invisible, et c'est parce qu'il trouve que vous devez connaître ou approfondir telle et telle questions qu'il me pousse à parler.
Ce n'est pas moi qui dirige le programme; quand j' arrive, je ne sais même pas ce que je vais vous dire,
mais le Ciel qui voit ce qui se passe en vous, de quoi vous souffrez, ce dont vous avez besoin, m'inspire de toucher tel ou tel sujet.
Et quelquefois certains viennent me dire que j'ai donné la réponse à certaines questions qu'ils s'étaient posées le matin ou la veille.
Donc, tout dépend de vous. Si vous augmentez en vous la conscience de la valeur de cet Enseignement, vous ne pouvez pas imaginer ce que le Ciel peut me pousser à vous révéler.
Même moi je m'instruirai par mes propres paroles. Oui, en m'écoutant je serai étonné, et je m'instruirai!
C'est pourquoi j'aimerais que vous compreniez combien il est important de savoir créer ici une ambiance sacrée.
Je sais bien que ce n'est pas une habitude que vous avez pu prendre dans le monde où,
lorsque les gens se réunissent, ils n'ont aucun souci de communier dans un même sentiment de respect, de dévotion,d'admiration- sauf peut-être dans certains offices religieux ou certains concerts.
Contribuer à créer une ambiance d'harmonie autour d'un être donne aux gens le sentiment d'être envoûtés,
asservis, et même auprès d'un Maître ils sont poussés à prendre une attitude d'indépendance ou mêmed'hostilitéet de provocation.
Dans les anciens sanctuaires on apprenait aux disciples à devenir réceptifs, humbles, vibrants.
C'est ainsi qu'on faisait d'eux des rois et des prêtres véritablement capables de diriger et d'assumer des responsabilités.
Vous croyez que vous pouvez devenir un grand chef sans avoir appris l'obéissance?.. Bien sûr, vous pouvez toujours menacer les gens, les violenter, mais à la première occasion ils trouveront le moyen de se retourner contre vous.
Si vous ne commencez pas par prendre une attitude réceptive qui est une caractéristique du principe féminin, une fois au pouvoir vous vous casserez la tête.
Donc, dans les sanctuaires du passé les disciples apprenaient à créer une atmosphère d'harmonie si parfaite qu'ils attiraient des présences lumineuses et donnaient à leur Maître la possibilité de manifester ses pouvoirs en plénitude.
Le disciple qui sentait ou même voyait autour de-Iui des présences lumineuses, qui recevait des révélations, se rendait bien compte qu'il n'était ni asservi ni limité,
mais qu'au contraire il était en train d'acquérir lui-même des pouvoirs.
Mais comment faire comprendre aux humains qu'il est souhaitable de créer cette atmosphère de confiance, d'harmonie, de vibrations communes?
Chacun est insoumis, récalcitrant, et ne veut en faire qu'à sa tête, ce qui rend impossible ces manifestations divines que peut provoquer un Initié, car une seule fausse note et tout est raté.
Oui, si les disciples savent créer une atmosphère sacrée, il peut se produire des miracles.
Ce qui empêche ces bonnes réalisations, c'est que tous sont là ensemble, mélangés: ceux qui sont ici depuis vingt ans, trente ans, et ceux qui viennent à peine d'arriver.
Dans les sanctuaires de l'antiquité on plaçait les nouveaux adeptes à part en leur donnant une instruction appropriée et ainsi ils n'apportaient aucune dissonance susceptible de troubler le travail des autres.
À notre époque, où nous vivons dans des conditions tout à fait différentes, nous essayons de faire quelque chose...
avec les moyens du bord, comme on dit! Mais au lieu d'aider mon travail, beaucoup l'entra vent..
. Oh! sans s'en rendre compte, innocemment, candidement, mais quand même... Je veux aider tout le monde, j'accepte tout le monde, mais certains se conduisent comme des ours mal léchés:
alors pour les laver, les instruire; je dois dépenser beaucoup de temps, beaucoup de forces, et pendant ce temps les autres sont obligés d'attendre éternellement une ambiance qui n'est jamais réalisée.
À vous maintenant de voir où est votre intérêt: si dans ce climat de confiance vous devenez esclaves et perdez l'exercice de vos facultés,
ou si, au contraire, vous décidez d'augmenter encore votre désir de participer pour obtenir de plus grands résultats.
Mon souhait - je ne fais que le souhaiter, je ne vous l'impose pas - c'est de vous voir tous participer au travail que je fais dans le silence,
vous brancher avec moi, participer à mes pensées, les amplifier même.
Nous travaillons ici pour qu'un jour le monde entier vive dans la fraternité, pour que les frontières soient abolies, que la guerre et la misère disparaissent.
Est-ce mauvais de se consacrer à une idée pareille? Et commeje vous l'ai dit déjà, même si on n'arrive pas à réaliser cet idéal parce qu'il y a quatre milliards d'hommes qui ont la tête dure,
c'est nous au moins qui bénéficierons de notre travail. Si le Paradis ne vient pas sur la terre pour tous les humains, au moins nous l'aurons réalisé en nous-mêmes.
C'est cette idée qui est tout. Si vous prenez pour idéal de travailler pour la lumière dans le monde,
pour l'harmonie dans le monde, pour le bonheur dans le monde, vous ne verrez peut-être pas concrètement ce que vous produisez, mais vous sentirez des forces formidables se déclencher 'en vous.
On ne sait plus manifester une attitude sacrée envers les vérités profondes.
L'homme du vingtième siècle s'èst égaré à la périphérie des choses, à la périphérie de lui-même:
il sait tout, il connaît tout, mais il a perdu le sens du sacré.
Et justement l'attitude sacrée est la première condition exigée dansl'Initiation.
Le Bonfin, le 26 juillet 1972

Deuxième conference (fichier pdf ; taille: 3.04 Mo)
Troisième conference (fichier pdf ; taille: 2.11 Mo)
Quatrième conference (fichier pdf ; taille: 1.4 Mo)

Site web de ANKH: Egyptologie, histoire de l'Afrique et sciences exactes

 Site web de ANKH

Site web sur Cheick Anta Diop

Vie et ouevres de Cheikh Anta Diop

L'art égyptien: images tirées de l'ouvrage de Rose-Marie et Rainer hagen Norbert Wolf

site de Taschen

 

free joomla templatesjoomla templates
2019  Basile Guissou WebSite: Chercheur et homme politique Burkinabé